mardi 18 avril 2017

Nouveau bureau

Election du conseil d'administration du 13 avril 2017:

Président:  Bernard Crozat

Vices-Présidents: René Porte, Madeleine Caussé

Secrétaire: Françoise Chazal

Secrétaire adjointe: Christine Mouton-Michal

Trésorier: René Jore

Trésorière adjointe et Présidente honoraire: Brigitte Lefebvre

rapport activités 2016



Rapport d’activités
2016
Centre ALMA Isère


 



Rapport Moral


La maltraitance est « caractérisée par tout acte ou omission commis par une personne s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d’une autre personne ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière ».

Conseil de l’Europe 1987.

L’année 2016 a été pour ALMA Isère une année de développement de nos actions de sensibilisation à la maltraitance, dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et nous avons déjà un nombre important de demandes pour l’année 2017.

Nous continuons ces actions de sensibilisation dans les établissements accueillants des personnes en situations de handicap et les établissements d’enseignement médico-sociaux, secondaires et supérieurs.

Ces actions de sensibilisation nous prennent du temps et nous n’avons pas pu éditer en 2016 notre bulletin d’information, mais nous souhaitons vivement pouvoir le faire en 2017.

Le journal « Le Dauphiné Libéré » continue à faire paraître régulièrement notre annonce de recherche de bénévoles, ce qui permet de mieux faire connaître notre association.

Le nombre de bénévoles pour l’année 2016 est resté stable soit 15 personnes, et nous continuons à recevoir de nouvelles demandes. Nous pensons donc que nous serons plus nombreux en 2017

Nous avons participé aux cellules de réflexion sur les informations préoccupantes initiées par le Conseil Départemental dans deux territoires, celui de l’Agglomération Grenobloise et celui du Sud Grésivaudan, et en ce qui concerne ce dernier, nous avons collaboré à la conférence qu’il a organisé : le 7 avril 2016, sur le thème :« Présentation du guide pratique les informations préoccupantes des adultes vulnérables : méthode d'évaluation ». Nous continuons ces participations en 2017. »

ALMA Isère a également concouru à la réflexion sur le schéma Autonomie 2016-2020.

Les différents centres ALMA de la région « Auvergne Rhône Alpes » ont constitué une association dénommée « AURALMA », à laquelle ALMA Isère a adhéré. Cette nouvelle association qui traduit la formalisation de nos réunions régionales, nous permettra de mettre en commun les compétences de nos conseillers référents et d’organiser des actions de formations de nos bénévoles.

En ce qui concerne la Fédération 3977 contre la maltraitance, l’année 2016 a été un peu mouvementée en raison de la démission des deux coprésidents et de l’élection d’un nouveau président, le départ du directeur au 31 janvier 2017, alors qu’il avait pris ses fonctions en janvier 2016.

Il faut espérer que 2017 sera plus stable et que la fédération pourra enfin nous procurer l’aide dont nous avons besoin en matière de communication nationale.

Nous remercions le Conseil départemental, pour le soutien qu’il nous apporte par son financement et sa contribution au titre du loyer des locaux et avec lequel nous avons conclu une convention triennale.

Nous recevons également une subvention de la DDCS 38 ainsi que de plusieurs communes du département. Qu’ils en soient aussi remerciés.

. LA FEDERATION 3977 CONTRE LA MALTRAITANCE

La Fédération 3977 contre la maltraitance des personnes âgées et adultes handicapés a été créée le 13 février 2014.Elle est issue de la fusion des associations ALMA France et HABEO. Au 31 décembre 2016, le réseau national compte 55 centres qui couvrent 77 départements.

La Fédération a pour objet dans le cadre de la lutte contre la maltraitance d’améliorer le dispositif d’écoute, de suivi et d’accompagnement et de développer la prévention et la formation, et à cet effet, comme le précise ses nombreuses missions :

- de recevoir des appels au 3977, numéro national contre la maltraitance des personnes âgées et adultes handicapés ;


- de recevoir des appels par les centres départementaux ;

- d’initier et participer à la coordination de tous les acteurs de la lutte contre la maltraitance, privés ou publics, au niveau national comme en proximité ;

- de favoriser l'égalité des citoyens dans l'accès à l’écoute et dans l’accompagnement des appels pour maltraitance en facilitant le développement de centres d’écoute associatifs dans les régions qui sont dépourvues de ce relais;

- d’être l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et de constituer le pivot du dispositif national ;

-d’assurer une collecte des données plus complète et plus pertinente de façon à accélérer le développement des connaissances notamment sur la résolution de ces situations ;

-de faire connaître et de mieux définir la complémentarité entre les actions associatives d’alerte et les interventions des services publics de proximité ;

-d’organiser et de participer aux formations initiales et continues et aux sensibilisations de tous les acteurs concernés par la lutte contre la maltraitance, professionnels et bénévoles des associations d’écoute et d’accompagnement ainsi que des intervenants des services déconcentres et décentralisés de l’État.

L’un des principaux intérêts de ce dispositif d’écoute est de permettre à l’appelant de s’exprimer en toute liberté, d’être certain du respect de la confidentialité de ses paroles, de l’indépendance de l’écoutant. Cela garantit au témoin et à la victime l’absence de représailles et de sanctions et lui assure la neutralité du conseil donné avec la certitude d’une absence de conflit d’intérêt (prévu dans les règles éthiques). La pertinence du conseil est aussi assurée par la formation initiale et continue de tous les intervenants du dispositif d’écoute, la réponse pluridisciplinaire, l’expérience des équipes de proximité et leur connaissance du terrain.


_______________________________________________________________________


LA FEDERATION 3977 AU SEIN DU DISPOSITIF NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA MALTRAITANCE

- 55 centres ALMA couvrent 77 départements -




. LES REGLES ETHIQUES


Écoute de qualité

L’écoute approfondie étant primordiale, Le centre s’engage à une double écoute, afin de mieux appréhender les situations qui lui sont soumises. Dans le souci de maintenir la confidentialité des appels, mais aussi pour assurer la sécurité des intervenants, l’anonymat dans le fonctionnement des centres représente un principe fondamental. Il ne pourra être levé que lorsque la situation de la victime le rend nécessaire, voire imposé par la Loi. Les intervenants appelés à parler en public pour des conférences ou interventions de sensibilisation, le font en tant que membres de l’association qui gèrent le centre.


Respect de la vie privée et la dignité de toute personne

Les informations consignées dans les dossiers constitués à l’occasion des appels, sous le sceau de la confidentialité et de la discrétion, sont protégées par l’exigence du secret. Elles ne font l’objet de communications que dans le cadre prévu par la Loi.


Accès adapté à l’information dans le respect de la confidentialité

Les informations consignées dans les dossiers ne doivent à aucun moment être communiquées en dehors de ce qui est nécessaire au traitement de chaque situation.

Réflexion interdisciplinaire avant toute action

Le centre aborde les situations en analysant l’ensemble des éléments de l’environnement humain, économique et matériel des personnes impliquées.

Le centre s’engage à aborder les situations qui lui sont soumises de façon pluridisciplinaire et multi-professionnelle, en s’appuyant notamment sur les domaines "juridique, médical, médico-social et social".


Conflit d’intérêt

En cas de conflit d’intérêt, le centre transmet le dossier à la Fédération 3977 qui prendra la décision la mieux adaptée à la situation.

Utilisation concertée des informations dans l’intérêt de la personne

Le centre n’intervient que sur un appel (appel téléphonique, courrier, courriel, fax) et s’entoure de toutes les précautions nécessaires à sa compréhension. Dans le cas de transmission d’une situation adressée par un autre organisme, le centre doit s’assurer de l’accord de l’appelant initial à cette transmission


Action adaptée à la situation signalée

L’équipe pluridisciplinaire du centre, procède aux recherches d’informations destinées à obtenir les renseignements permettant de prendre les décisions adaptées à chaque situation. La décision de signalement sous la signature du responsable ne sera réalisée qu’après avoir été convaincu du bien-fondé d’un signalement pour suspicion de maltraitance.


Attitude impartiale de tout intervenant du centre

Les intervenants s’obligent à ne pas substituer leur conception de la vie à celle des personnes en cause.


. L’ORGANISATION DU DISPOSITIF

- LES OFFRES D’ECOUTE - Elles s’adressent :

- aux personnes âgées et aux adultes handicapés victimes de maltraitances ;

- à l’entourage privé et professionnel témoin de situations de maltraitances ;

- aux personnes prenant soin d’une personne âgée ou handicapée et ayant des difficultés dans l’aide apportée.


Tout appelant peut, s’il le souhaite, conserver l’anonymat.


- L’ECOUTE

Nombre d’écoutes hebdomadaires : 2 permanences téléphoniques

Jours et heures d’écoute : lundi et jeudi de 13h30 à 16h30

Période de fermeture du centre : mois Août



Les permanences sont dans la majeure partie des cas en double écoute

176 appels directs au numéro 04 76 84 06 05 en 2016

(En dehors de ces plages horaires, les appelants composent le numéro national d’écoute, le 3977. Il est accessible de 9h00 à 19h00 du lundi au vendredi.)

LE PARCOURS D’UN APPEL


. LE CENTRE ALMA Isère

Association Loi 1901 depuis 1999, agréée par la Fédération 3977 contre la maltraitance. C’est une structure autonome qui applique les règles éthiques et le cahier des charges définis par les statuts de la Fédération.

Ce centre est animé pour l’essentiel par des bénévoles issus de divers milieux professionnels, ayant reçus une formation adaptée obligatoire, ainsi que suivis une formation à l'écoute par téléphone dispensée par le Conseil départemental de l'Isère.

L’association dont le siège social est à EYBENS, couvre actuellement le département de l'Isère.

.. LES MEMBRES DU CENTRE

Les équipes : - Les écoutants au nombre de 9 dont 1 stagiaire.

                        - Les référents au nombre de 6 dont 2 juristes, 2 médecins : un gériatre et un         psychiatre, 1 éducateur spécialisé, 1 ancien chef structure hospitalière.

- 1 salarié coordinateur (12 h/semaine).


.. LE FONCTIONNEMENT DE L’ASSOCIATION

Notre dernière Assemblée générale a eu lieu le 29 mars 2016, l'association compte 41 adhérents dont 27 organismes et 14 individuels.

Le Bureau s'est réuni une dizaine fois dans l'année 2016, la majorité des membres du bureau faisant partie des bénévoles.

Les réunions du Conseil d'administration se sont tenues par 4 fois, le 19 janvier et le 22 mars , le 7 juin et le 4 octobre 2016.


LE TRAITEMENT ET LE SUIVI DES SITUATIONS

Les dossiers sont suivis et traités par 6 référents.

Chaque dossier est évoqué lors des réunions mensuelles de bénévoles, ainsi que lors des échanges de pratiques animés par un psychologue.

Dans les cas complexes, les référents font appel aux personnes ressources. De plus, depuis 2016, nous avons présenté des situations lors des rencontres du comité des personnes vulnérables du territoire grenoblois.

LES CHIFFRES ANNUELS DE L’ECOUTE ET DU SUIVI DES SITUATIONS


2015
2016
Nombre d’appels entrants pour écoute……………………………………………………..
161
176
Nombre d’appels sortants (suivis de situations)
418
392
Nombre d’heures de suivi de situations
147,8
129,1
Nombre d’heures d’écoute
59,8
40,6
Nombre d’heures de coordination (permanence des référents).. ..………………………
20
20
Nombre d’heures de supervision mensuelles………………………………………………
1h30
1h30
Nombre total de dossiers ouverts dispositif national………………………………………
Dont situation préoccupante et accompagnement de situation
84
39
77
31
Nombre total de dossiers ouverts par le centre…………………………...
Dont situations préoccupantes et accompagnement de situation
50
47
55
34
Nombre de situations préoccupantes ayant fait l’objet d’un transfert aux autorités concernées
2
3



CHIFFRES CLEFS

CHIFFRES CLEFS
ALMA Isère
2014
2015
2016
Les principales victimes



Les femmes
Les hommes
Indéfini ou ensemble de personnes
63,3 %
25,7%
11%
56 %
35,4%
8,6%
51,40%35,10% 13,50%

Lieu de résidence



En institution
33,6 %
38,9 %
28,6%
A domicile
66,4 %
61,1 %
71,4%
S.D.F.
0 %
0 %
0%

Types de maltraitance



Psychologiques
7,0 %
9,5 %
15,2%
Financières
10,7 %
9,5 %
4,5%
Négligences actives/passives
17,8 %
10,5 %
15,2%
Physiques
13,1 %
11,8 %
10,6%


Les victimes par âge



18 – 35 ans


5,4%
36 -45 ans


14,6%
46 -60 ans


0%
61- 75 ans
22,8 %
19,2 %
16,1%
76-90 ans
49,3 %
41 %
39,2%
91-100 ans
16,4 %
16,4 %
16,2%

Les mis en cause



Entourage familial
45,2 %
50,6 %
54,3%
Professionnels établissement
10,5 %
24,7 %
9,9%
Entourage social
44,3 %
24,7 %
17,4%

Les mis en cause par âge



21-45 ans
16 %
15,4 %
34,8%
46-55 ans
24 %
15,4 %
17,4%
56-65 ans
16 %
34,6 %
13%
66-80 ans
32 %
30,7 %
21,7%
81-95 ans
12 %
3,9 %
13%
Données non représentatives pour 2016

Les facteurs de maltraitance



Intérêt financier
15,1 %
15 %
18,1%
Relations familiales difficiles
17,4 %
20 %
21,7%
Agressivité
18,6 %
22,5 %
18,1%
Troubles du comportement
11,6 %
10 %
9,6%
Addiction
5,8 %
10 %
2,4%
Dysfonctionnement établissement
18,6 %
13,8 %
19,3%


Qui appelle ?



Lorsque la personne est en institution :



- la famille
57,1 %
58,8 %
85%
Lorsque la personne est à domicile :



- membres de la famille
41,9 %
45,5 %
42%
- entourage professionnel et social
45,2 %
36,3 %
30%
- appels provenant de la victime
12,9 %
18,2 %
28%


Appelants par sexe



Femmes
86 %
74,5 %
71,6%
Hommes
14 %
25,5 %
28,4%


CHIFFRES CLEFS [ PERSONNES AGEES – ADULTES HANDICAPES ]

Personnes Âgées / Adultes Handicapés
2014
2015
2016
P.A.
A.H.
P.A.
A.H.
P.A.
A.H.

Les principales victimes






Les femmes
Les hommes
Indéfini ou Ensemble de personnes
75 %
23,5%
1,5%
38,5 %
53,8%
7,7%
69 %
29,3%
1,7%
25 %
75%
0%
56,6%
30%
13,4%
28,6%
57,1%
14,3%

Lieu de résidence






En institution
32,2 %
41,2 %
31,1 %
33,4 %
23,4%
21,4%
A domicile
67,8%
58,8 %
68,9%
66,4%
70%
64,3%
S.D.F.
0%
0 %
0 %
0 %
0%
0%

Types de maltraitance






Psychologiques
8,2 %
0 %
8,8 %
11,8 %
14,8%
7,1%
Financières
9,6 %
18,2 %
11,8 %
0 %
4,9%
0%
Négligences actives / passives
19,1 %
9,1 %
10,3 %
11,8 %
11,4%
0%
Physiques
15,1 %
0 %
8,8 %
23,5 %
11,5%
0%

Les victimes par âge






18 – 35 ans





28,6%
36 - 45





21,4%
45 -60





7%
61- 75 ans
26,8%
%
25 %
%
18,4%
0%
76-90 ans
58,2 %
%
53,5 %
%
48,4%
0%
91-100 ans
13,4 %
%
21,4 %
%
20%
0%

Les mis en cause






Entourage familial
47,1 %
35,3 %
57,2 %
28,6 %
52,9%
33,3%
Professionnels établissement
12,6 %
11,7 %
22 %
33,4 %
10,3%
6,7%
Entourage social
40,3 %
53 %
30,8 %
38 %
27,9%
53,3%

Les mis en cause par âge






21-45 ans
2,2 %
0 %
12,5 %
4,76 %
35%
33,3%
46-55 ans
4,4 %
5,9 %
12,5 %
4,76 %
15%
33,3%
56-65 ans
4,4 %
11,8 %
37,5%
0 %
15%
0%
66-80 ans
8,8 %
0 %
33,3 %
0 %
20%
33,3%
81-95 ans
3,3 %
0 %
4,1%
0 %
15%
0%
Données non représentatives pour 2016

Les facteurs de maltraitance






Intérêt financier
14,6 %
25 %
15,3 %
12,5 %
17,1%
23,1%
Relations familiales difficiles
17,1 %
25 %
20,8 %
12,5 %
20,0%
30,8%
Agressivité
19,5 %
0 %
23,6 %
12,5 %
17,1%
23,1%
Troubles du comportement
12,2 %
0 %
8,3 %
25 %
8,6%
15,4%
Addiction
6,1 %
0 %
13,9 %
0 %
2,9%
0%
Dysfonctionnement établissement
17,1 %
50 %
12,5 %
25 %
22,9%
0%

Qui appelle ?






Lorsque la personne est en institution :






- la famille
67,8 %
14,2 %
66,6 %
38,4 %
88,2
2/3
Lorsque la personne est à domicile :






- membres de la famille
43,4 %
22,2%
43,7 %
57,1 %
48,7%
18%
- entourage professionnel et social
45,3 %
33,3 %
39,5 %
14,3 %
30,7%
27,3%
- appels provenant de la victime
7,5 %
44,5 %
16,6%
28,6 %
20,6%
54,5%

Appelants par sexe






Femmes
86,9 %
81,3 %
78,7 %
59,7 %
70%
21,4%
Hommes
13,1 %
18,7 %
21,3 %
42,1 %
30%
78,6%

Comme chaque année, nous rappelons que les statistiques d’ALMA Isère tentent de traduire le contenu des appels que nous recevons. Ces résultats sont en cohérence avec les résultats de l’ensemble des centres d’écoute. Dans tous les cas, ces appels manifestent la souffrance ressentie par une personne âgée et /ou handicapée et de leur entourage. Nous ne recevons pas d’appel malveillant ou affabulateur mais certains appels relèvent parfois de troubles psychiques.
En 2016, 176 appels de maltraitances ont été reçus lors des permanences d’ALMA Isère:
-soit environ 59 heures et 8 minutes d’écoute, correspondant à l’ouverture de 74 dossiers (60 dossiers personnes âgées, et 14 dossiers personnes handicapées)
-et 392 appels donnés par les référents aux appelants, aux organismes et autres partenaires, soit 129 heures d’écoute et de suivi.
Comme chaque année, la quasi-totalité des appels concernait des situations de l’Isère, ou émanait de personnes vivant en Isère.
Pour 2016, les chiffres correspondent à l’analyse des dossiers et non à la première écoute.
Qui appelle ALMA Isère ?

Pour l'ensemble des dossiers personnes âgées et handicapées, les appels reçus proviennent dans 71,60% des familles dont 56% des filles, 11,11 % de professionnels, 21 % des «victimes » elles-mêmes et 12,3% de l'entourage social (ami, voisin...)
 

(Pour 81 situations, comprenant les situations préoccupantes, les accompagnements de situation, les témoignages)

Nous constatons qu'il existe des différences significatives entre les situations impliquant des personnes handicapées et des personnes âgées quant à l'origine des appels. Dans les cas entendus pour les personnes en situation de handicap, ce sont les « victimes » elles-mêmes qui appellent (54,5%) contrairement aux « victimes » de plus de 60 ans (20,6%).

Lieu où s'exerce les maltraitances :

Les maltraitances évoquées ont lieu au domicile de la personne âgée pour 67,3% et en établissement pour 32,7%. La proportion d’appels concernant des établissements est relativement importante si l’on considère que 80% des personnes âgées de plus de 80 ans vivent à domicile.

Contrairement à l'année dernière, les situations préoccupantes dans le secteur du handicap se passent au domicile dans 9 cas sur 12 pour l'année 2016.

Quel est le profil des « victimes » ?

Les femmes sont plus souvent victimes de maltraitances.

Jusqu'à 60 ans, il s'agit de personne en situation de handicap.

Pour les personnes âgées, nous constatons que les « victimes » se trouvent principalement dans la fourchette d'âge de 76 à 95 ans.


Quelles sont les catégories de maltraitances ?

         - des maltraitances physiques : coups, abus sexuels, bousculades, contentions physiques abusives,…
    - des maltraitances psychologiques : humiliations, infantilisation, injures, indifférences,…
    - des maltraitances financières : extorsions de fonds, vols, économies abusives, …
    - des maltraitances médicamenteuses : excès ou privations de médicaments, soins inadéquats,…
    - des atteintes à la liberté : enfermements, interdictions de visite, placements sans consentement,…
    - des négligences par manque des aides indispensables à la vie quotidienne (aide au repas, à la toilette et alimentation inappropriée) qui risquent d’aggraver la dépendance ou des négligences qui blessent la dignité de la personne âgée et/ou handicapées : linge perdu, protections urinaires imposées,...
La « victime » peut subir plusieurs types de maltraitances à la fois, on appelle maltraitance principale, celle pour laquelle l'appelant nous a contacté. Mais il peut coexister d'autres types de maltraitances qui viennent s'ajouter à la première.

En établissement pour personnes âgées :

Type de Maltraitances principales évaluées en établissement pour personnes âgées

(pour 17 situations préoccupantes)


Les maltraitances « principales » :
les négligences actives représentent 23,50 % des situations
puis viennent les situations de maltraitances psychologiques évaluées à 17,6%
Les violences sexuelles ont été exposées dans 11,80% des situations
les situations n'ont pu être évaluées du fait de manque d'information, ou par manque suites données par l'appelant dans 11,8% des cas.
dans 17,6 % des situations rapportées, il n'y avait pas de maltraitance mais une souffrance de l'appelant souvent liée à un manque de communication.
Les maltraitances physiques, médicales et les privations de citoyenneté représentent chacune 5,9% des cas.

Les maltraitances « associées » dans ces 17 situations :
sont des maltraitances psychologiques dans 44,4% ;
des négligences passives pour 22,2% des situations ;
et pour 11,10% des cas des négligences actives,
16,7% des situations de maltraitances médicamenteuses
5,6% des maltraitances physiques

Les facteurs de risques de maltraitances en établissements pour les personnes âgées sont a 80 % des situations générés par un dysfonctionnement de l'établissement (problème de gestion, de communication...)

 


En établissement pour personnes handicapées :

En 2016, nous avons eu 3 dossiers concernant des situations de maltraitances en établissement pour personnes handicapées, l'une d'entre elle concernée des violences sexuelles, une maltraitance médicale et la dernière n'a pu être évaluée du fait de l'absence de réponse à nos appels de l'appelant.

A domicile pour les personnes âgées :

Type de Maltraitances principales évaluées à domicile pour les personnes âgées

(pour 37 situations préoccupantes)


Les maltraitances « principales » :

- les maltraitances physiques sont présentes pour 16,20% des situations écoutées,

- les maltraitances psychologiques pour 16,2% également
les privations de financières représentent 8,10% ;
les négligences actives, les maltraitances médicales et les privations de citoyenneté sont évaluées dans chacune 5,4 % des situations,
les négligences passives pour 2,70%.

Dans 21,6% (chiffre stable par rapport à 2015 21,8%) des situations, il n'y a pas de maltraitance, mais des conflits familiaux, ou des problèmes de communication.

Les situations non évaluables représentent 18,90% des cas, dans la majorité, c'est l’impossibilité de prendre contact avec l'appelant qui bloque la situation, ou le manque de données.

Les maltraitances « associées » :

    • les maltraitances psychologiques soit 31%
    • les maltraitances financières représentant 17,2%
    • les négligences actives représentent 13,8 %, les négligences passives 6,9%
    • les privations de citoyenneté, les maltraitances dites médicales et physique représentent chacune 10,3% des situations.
Les facteurs de risques de maltraitances à domicile pour les personnes âgées :


- 28 % des situations liés à des relations familiales difficiles.

-L'agressivité et l'intérêt financier du mis en cause présumé interviennent dans 24 % des

situations.

-Les troubles de comportement de l'auteur présumé et son épuisement représentent 10%

chacun.

A Domicile pour les personnes handicapées :

Les bénévoles écoutants et référents ont accompagnés 9 dossiers , pour 5 d'entre eux (soit 55,6%) l'évaluation a permis d'établir qu'il n'y avait pas de maltraitance mais une souffrance de la victime.

Pour 3 situations (soit 33,3%), l'évaluation ne nous a pas permis de déterminer si la maltraitance était réelle ou non.

Dans une des situations , nous avons pu déterminer qu'une maltraitance psychologique était exercée sur la victime.

Qui sont les « auteurs présumés» ?



De manière générale, les maltraitances ont le plus souvent lieu au sein de l'entourage familial soit à 51,4 % des cas, puis viennent les professionnels qui les accompagnent dans 26,40% des situations.


Mis en cause présumé des maltraitances

(pour 74 dossiers)





En établissement pour les personnes âgées :

Mis en cause présumé des maltraitances en établissement pour les personnes âgées

(pour 17 situations préoccupantes)



Les personnels d'encadrement représentent 41,20% des auteurs présumés en établissements, le personnel soignant est lui désigné dans 17,6% des situations, les médecins dans 11,8%.

L'entourage familial est dans 5,90% des situations, désignés comme auteurs présumés en établissement.

En établissement pour les personnes handicapées :

Sur les 3 situations écoutées, l'une désigne la mère comme maltraitante, les 2 autres désignent des personnes sans déterminés le lien avec la victime supposée.

A domicile pour les personnes âgées :

L'entourage familial représente 74,4% des auteurs de maltraitance à domicile.

Mis en cause présumé pour les personnes âgées à domicile

(pour 37 situations préoccupantes)



Mis en cause présumé au sein de la famille pour les personnes âgées à domicile




Parmi les membres de la famille, les filles sont désignées comme auteurs des maltraitances dans 34,3% des situations à domicile, les fils à 31,30% et les conjoint à 25%.

A domicile pour les personnes handicapées :

Sur les 9 situations, les familles sont désignées comme maltraitantes dans 40 % des situations, les professionnels comme l'entourage social représentent 30% des mis en causes pour les personnes en situation de handicap.


Répartition Géographique des maltraitances dans le département de l'Isère



Dossier territoire Isère mais non précisé= 10 (PA 6, PH 4)





. LA FORMATION INTERNES ET EXTERNES DES BENEVOLES


LES FORMATIONS INTERNES SUIVIES DANS L’ANNEE

Une réunion mensuelle d'équipe pour échanger tant sur l’organisation pratique que sur les problèmes rencontrés à l'occasion des situations préoccupantes qui nous sont soumises.

Des séances d'échange de pratiques avec une psychologue, Michèle Myslinski, toutes les six semaines.

Les bénévoles participent aux conférences et colloques qui ont lieu dans le département et à la journée régionale de gérontologie, mais également à la formation proposée par le Conseil départemental aux associations d'écoute par téléphone et gérée par SOS Amitiés. Une Bénévole a participé aux journées repérage de la crise suicidaire proposé par l’institut régional Jean Bergeret.


LES FORMATIONS INITIALES OBLIGATOIRES

Destinées aux nouveaux bénévoles intégrant un centre et organisées initialement en deux jours elles sont depuis le 1er octobre 2014 proposée en trois modules, répartis sur 5 jours :

- le module 1 « De quoi et de qui parle-t-on » -deux jours - ;

- le module 2 « L’écoute et la prise en charge de la maltraitance dans un centre d’écoute » -deux jours-) ;

- le module 3 consacré au logiciel 3977 -un jour- est facultatif mais chaque centre doit obligatoirement avoir au moins deux personnes opérationnelles sur le système d’information.

Le module 1 deux jours a été suivi par 3 bénévoles

. Le module 2 deux jours a été suivi par 10 bénévole

Nombre d'heures consacrées la formation des bénévoles 233 h en 2016

. LA COMMUNICATION


LES OUTILS DEVELOPPES

Suite aux prises de contact avec le Dauphiné Libéré, ALMA Isère bénéfice d'un article quasi hebdomadaire concernant tant son fonctionnement que la recherche de bénévoles.

Nous avons poursuivi la distribution des livrets et des flyers, ainsi que la diffusion des informations sur le blog (http://alma-isere.blogspot.com).

. LA PREVENTION DES PROFESSIONNELS ET DU GRAND PUBLIC


1-SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS ET DU GRAND PUBLIC

Ressources internes :5 bénévoles formées pour animer les actions de sensibilisation

En 2016 :

  • Lycée de Pont de Beauvoisin, 1ère année SAPAT 3h
  • Table Ronde IFAS CHU de Grenoble aide-soignant 2h
  • EHPAD La Tourmaline ensemble du personnel 6x 1h30 soit 9h
  • EHPAD Les Vergers personnel et bénévoles 2h
  • EHPAD Bon Rencontre personnel 2h
  • EHPAD Arc-en Ciel personnel 2h
  • Réunion d'information Sud Grésivaudan professionnels du médico-social 3h
  • EHPAD le Moulin personnel 2h
  • EHPAD Reyniès Familles résidents personnel bénévoles 1h30
  • AG ALMA Ardèche bénévoles/adhérents 1h30
  • FAM 4 Jardins personnel 2h
  • Lycée Iser Bordier 1ere ASSP 3h
  • Formation proposé par Conseil départemental avec comme thème de "la bienveillance et comment prévenir la maltraitance" aides à domicile 1h30 x2 soit 3h



2016
Nombre d’heures de préparation et d’animation avec les déplacements 
94 h
Nombre de personnes sensibilisées
420 personnes

. RELATIONS AVEC LES ORGANISMES INSTITUTIONNELS

ALMA Isère a suivi en 2016, 3 situations de maltraitance qui ont fait l'objet d'un signalement auprès du Procureur de la République.

L'association ALMA Isère a été invitée à participer et à collaborer aux cellules de situations préoccupantes au sein de deux territoires ( Agglomération grenobloise et Sud Grésivaudan) soit la participation à 12 réunions. Pour le territoire Sud Grésivaudan une conférence a eu lieu le 7 avril 2016, sur le thème : « Présentation du guide pratique pour les informations préoccupantes des adultes vulnérables : méthode d'évaluation »

ALMA Isère a participé à la réflexion sur le schéma Autonomie 2016-2020 dont l'élaboration et les bases de réflexions ont été posées en juillet 2016.

. RELATIONS AVEC LES AUTRES ASSOCIATIONS

Nous continuons à collaborer avec l’Association Alertes qui milite pour la qualité de vie des personnes âgées en Isère, à travers des réflexions communes et des groupes de travail ainsi qu'avec l'Association ODPHI (Office départemental des personnes handicapées de l'Isère).

Font partie de notre conseil d'administration :

ADPA

AFIPAEIM

AIV (aides et informations aux victimes)

Conseil de l'Ordre des médecins de l'Isère

Envol Isère Autisme,

Fédération de l'Isère de générations mouvement

UNA Isère


. PARTICIPATIONS AUX ACTIONS REGIONALES

Les centres de la région Rhône-Alpes se sont réunis 3 fois cette année pour des réunions d'échanges et de partages sur leur fonctionnent et leurs difficultés.

Ils ont décidé de constituer une association dénommée « AURALMA ». à laquelle ALMA Isère a adhérée. Cette nouvelle association qui traduit la formalisation de nos réunions régionales, nous permettra de mettre en commun les compétences de nos conseillers référents et d’organiser des actions de formations de nos bénévoles.

. PARTICIPATIONS AUX INSTANCES FEDERALES 3977

L'Assemblée générale de la Fédération 39 77 contre la maltraitance a eu lieu 27 avril 2016, à laquelle a participé la Présidente.
La Fédération a confié une mission de médiation à la Présidente, Madame Mouton-Michal Christine, avec le président du centre ALMA Var/ALMalpes

. CONCLUSION

La diminution du nombre des dossiers de maltraitance n'est pas propre à ALMA Isère, elle a été constatée à l'échelon régional et national.

Malgré l'augmentation des actions de sensibilisation auprès des établissements accueillants des personnes âgées dépendantes, une action des communication au niveau national, soit par l'intermédiaire de la Fédération 39 77 contre la maltraitance, soit par le Ministère de la santé apparaît nécessaire.

Enfin, nous pouvons conclure, que la maltraitance reste souvent cachée, méconnue, négligée mais qu’elle est bien réelle.

Sa prise en compte et son traitement ne sont pas toujours effectifs et se heurtent à bien des obstacles. Les situations exposées sont souvent très délicates et complexes.

De plus les témoins et les personnes elles-mêmes craignent souvent les réactions de l’entourage voire des représailles en cas de révélation et ne souhaitent pas que des signalements soient effectués.

Nous constatons que particulièrement dans les établissements, elles n’osent pas agir et nous demandent souvent de ne pas intervenir tout en soulignant qu’elles apprécient d'avoir pu en parler aux écoutants et aux référents.

. STATISTIQUES



ALMA Isère


http://alma-isere.blogspot.com




SIRET : 434 566 550 000 35

APE : 9499Z