mardi 21 mai 2019

jeudi 9 mai 2019

Rapport d'activités 2018


EDITO

 
L'année a été marquée par trois faits majeurs :

- le déménagement de locaux

- la dynamique de projet dans le cadre de la contractualisation avec le Conseil Départemental

- la nouvelle gouvernance de la Fédération 3977 contre la maltraitance.

LE DEMENAGEMENT DES LOCAUX

Le maintien d'ALMA Isère mais aussi des deux autres associations partenaires (ODPHI et ALERTES) dans les locaux de la Grange du Château à EYBENS n'était plus possible :

- demande du Conseil Départemental d'occuper des locaux moins onéreux dans le cadre de la maîtrise des coûts

- déséquilibre du modèle économique avec le départ de plusieurs colocataires qui finançaient une partie du loyer ( UNA, AFIPH)

La décision de résilier le bail avec la mairie d'Eybens en février 2018 a exigé une intense activité :

- pour rechercher de nouveaux locaux fonctionnels avec un bon rapport qualité prix, en maintenant la cohabitation dans un même lieu des trois associations.

- pour solder le bilan d'exploitation des locaux de la Grange du Château.

- pour rencontrer les partenaires institutionnels (Maire d'Eybens, Vice-Présidente à l'Autonomie du Conseil Départemental)

Ces efforts ont permis de trouver de nouveaux locaux dans le Centre d'Affaires Elite Bureaux, avenue Paul Verlaine à Grenoble en respectant le cahier des charges (local adapté à l'écoute, accès à des salles de réunion, unité de lieu avec l'ODPHI devenu Handi Réseaux 38 et Alertes, facilités d'accès pour les bénévoles)

L’entrée dans les lieux s'est faite le 1° août.

LA DYNAMIQUE DE PROJET

Partant du constat que certains territoires de l'Isère étaient peu voire pas du tout représentés dans les appels , par manque d'information, il a été convenu avec le Conseil départemental de lancer en direction de ces territoires des actions de communication, de sensibilisation et de formation en mettant particulièrement l'accent sur les signalements. Deux réunions se sont tenues à l'automne dans le Vercors et en Mathésyne-Trièves.  Ces réunions ont permis d'envisager les actions concrètes sur le terrain en direction des professionnels et du Grand Public. Cette approche consistant  à améliorer les signalements d'actes de maltraitance et de mieux faire connaître  le Centre ALMA  Isère va dans le sens des orientations de la nouvelle Gouvernance de la Fédération 3977.

UNE NOUVELLE GOUVERNANCE POUR LA FEDERATION 3977

A la suite du refus de l'Assemblée générale Extraordinaire de la Fédération 3977 de prolonger d'un an le mandat du Conseil Fédéral, une Assemblée générale élective a eu lieu le 29 novembre. Les élections ont abouti à un changement de Gouvernance (Conseil Fédéral, Bureau et Président).

Les nouvelles instances ont immédiatement lancé une nouvelle dynamique pour resserrer les liens entre la Fédération et les Centres, améliorer la communication interne et externe mais surtout élaborer une politique de lutte contre la Maltraitance.

Dès sa première réunion, le Conseil Fédéral s'est prononcé pour le principe d'un séminaire en janvier afin de réfléchir aux premiers éléments d'une contribution au plan pluriannuel de lutte contre la Maltraitance annoncé en novembre par la Secrétaire d' Etat aux Personnes Handicapées.

La force d'Alma Isère tient à la richesse de son réseau qui lui permet d'être un facilitateur dans le suivi des situations qui lui sont soumises. Nous ne pouvons que nous en féliciter et remercier vivement pour leur aide tous nos partenaires et notamment les représentants de la Direction Départementale de la Cohésion sociale, du Conseil Départemental, de l'ARS  ainsi que toutes les communes qui nous soutiennent.

 

 

                                                                                                              Bernard CROZAT

LA FEDERATON 3977 CONTRE LA MALTRAITANCE 



La Fédération a pour objet, dans le cadre de la lutte contre la maltraitance, d’améliorer le dispositif d’écoute, de suivi et d’accompagnement et de développer la prévention et la formation, et à cet effet, comme le précise ses nombreuses missions :  
___ la réception des appels au 3977, numéro national contre la maltraitance des personnes âgées et adultes handicapés ;
 
___ la réception des appels par les centres départementaux ; 


 ___ d’initier et participer à la coordination de tous les acteurs de la lutte contre la maltraitance, privés ou publics, au niveau national comme en proximité ; 

___ de favoriser l'égalité des citoyens dans l'accès à l’écoute et dans l’accompagnement des appels pour maltraitance en facilitant le développement de centres d’écoute associatifs dans les régions qui sont dépourvues de ce relais;


___d’être l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et de constituer le pivot du dispositif national ;
 

 
___ d’assurer une collecte des données plus complète et plus pertinente de façon à accélérer le développement des connaissances notamment sur la résolution de ces situations ; ___ de faire connaître et de mieux définir la complémentarité entre les actions associatives d’alerte et les interventions des services publics de proximité ;

 

___ d’organiser et de participer aux formations initiales et continues et aux sensibilisations de tous les acteurs concernés par la lutte contre la maltraitance, professionnels et bénévoles des associations d’écoute et d’accompagnement ainsi que des intervenants des services déconcentres et décentralisés de l'Etat. 
 

L’un des principaux intérêts de ce dispositif d’écoute est de permettre à l’appelant de s’exprimer en toute liberté, d’être certain du respect de la confidentialité de ses paroles, de l’indépendance de l’écoutant. Cela garantit au témoin et à la victime l’absence de représailles et de sanctions et lui assure la neutralité du conseil donné avec la certitude d’une absence de conflit d’intérêt (prévu dans les règles éthiques). La pertinence du conseil est aussi assurée par la formation initiale et continue de tous les intervenants du dispositif d’écoute, la réponse pluridisciplinaire, l’expérience des équipes de proximité et leur connaissance du terrain.

 

  
LE CENTRE ALMA Isère


Association Loi 1901 depuis 1999, agréée par la Fédération 3977 contre la maltraitance. Le centre ALMA Isère est une structure autonome qui applique les règles éthiques et le cahier des charges définis par les statuts de la Fédération.

 

Il est animé pour l’essentiel par des bénévoles issus de divers milieux professionnels, ayant reçu une formation adaptée obligatoire.


L’association dont le siège social est à Grenoble et la boîte postale reste inchangée à Eybens, couvre actuellement le département  de l’Isère.

 
LES MEMBRES DU CENTRE
 
L’équipe :

-       Les écoutants sont au nombre de 7 dont 2 en attente de formation.
 Un départ fin 2018 d’une de nos écoutantes, Danièle Stadler présente depuis une dizaine d’années, nous la remercions pour son engagement. 

-       Les référents sont au nombre de 6

 (Profils : juristes, médecin gériatre, médecin psychiatre, éducateur spécialisé, directeur hôpital)

 -       1 salarié coordinateur départemental, 12 h/semaine (soit 0.34 ETP).

 
LE FONCTIONNEMENT DE L’ASSOCIATION
LE BUREAU

 12 réunions se sont tenues sur 2018.
 
LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

3 réunions se sont tenues sur 2018.

L’ASSEMBLEE GENERALE pour 2017

A eu lieu le Mardi 3 avril 2018

 
L’ORGANISATION DU DISPOSITIF

 
LES OFFRES D’ECOUTE - Elles s’adressent :

-  aux personnes âgées et aux personnes handicapées victimes de maltraitances ;

-  à l’entourage privé et professionnel témoin de situations de maltraitances ;

aux personnes prenant soin d’une personne âgée ou handicapée et ayant des difficultés dans l’aide apportée.  

Tout appelant peut, s’il le souhaite, conserver l’anonymat.
 
 L’ECOUTE
 


Nombre d’écoutes hebdomadaires :     2x 3h
Jours et heures d’écoute :                      lundi et jeudi de 13H30 à 16h30
 
Période de fermeture du centre :           Août


  Les écoutes son réalisés par un binôme.

 

Les appels directs au numéro : 04 76 84 06 05

En dehors de ces plages horaires, les appelants peuvent composer le numéro national d’écoute, le 3977. Il est accessible de 9h00 à 19h00 du lundi au vendredi, ou laisse un message sur le répondeur d’ALMA Isère.

 
 
LE TRAITEMENT ET LE SUIVI DES SITUATIONS



-Dans un premier temps, lorsqu’un appel ou un message arrivent au 04 76 84 06 05, les écoutants décrochent et informent la personne que le téléphone est sur haut-parleur et que l’écoute est faite à deux.
L’appelant est entendu, une reformulation de la situation est faite, et quelques informations complémentaires peuvent être demandées. Il est donné une explication sur le fonctionnement de l’association, notamment sur les délais de réponse à leurs questions (environ 10 jours), et les règles éthiques de l’association (gratuité des services, confidentialité, Impartialité, respect du droit de la personne à son libre arbitre et à sa dignité)
-Dans un deuxième temps, les écoutants retranscrivent ce qui leur a été dit par l’appelant et constituent un dossier, qui est transmis à la coordinatrice.
La coordinatrice prend connaissance de la situation et en fonction de la maltraitance principale, transmet au référent qui sera garant du suivi de cette situation.
Le référent rappelle l‘appelant et lui demande si des évolutions ou nouveaux évènements ont eu lieu depuis l’appel, et l’accompagne dans ses démarches. Plusieurs appels sont souvent nécessaires et peuvent exiger le contact avec des professionnels avec l’accord de l’appelant.
Le même protocole est suivi pour les dossiers transmis par le dispositif national, via le logiciel sécurisé.
 
La réunion d’analyse des dossiers :
 
Des rencontres mensuelles dites réunions de bénévoles ont lieu chaque mois, afin de réaliser le planning des écoutes, d’informer l’ensemble des bénévoles de la vie de l’association et de la fédération et du suivi des dossiers.
Concernant ces derniers, tous les dossiers ouverts deux mois auparavant sont repris pour analyse et décision de rappel ou non, voire de clôture.

Une fois toutes les 6 semaines, un temps d’analyse de la pratique est proposé à l’ensemble des bénévoles sur un thème ou l’analyse de situations complexes.

  
 
 
 

 

2017

2018

Nombre total d’appels entrants (Hors informations/orientations)………………………

151

203

Nombre d’appels entrants : première écoute (Hors informations/orientations)…………

90

105

Nombre d’appels sortants (suivis de situations).......................................................................................................................................

393

391

Nombre d’heures de suivi de situations.........................................................................................................................................

151h

181h

Nombre d’heures effectives d’écoute (soit temps de présence)........................................................................................................................................

294h

294h

Nombre total de dossiers transmis par le  dispositif national..……………………………

49

53

Nombre total de dossiers crées par le centre…………………………..........................

45

52

Nombre de situations préoccupantes ayant fait l’objet d’un transfert  aux autorités concernées.....................................................................................................................................

12

18

Nombre de réponses des organismes de tutelles.............................................................................................................................................

15

1

Nombres de dossiers clôturés

 

73
 
 

Le nombre total de dossiers est calculé sur l’ensemble des dossiers avec ou sans suivi : témoignages, accompagnements de situation, situations préoccupantes.
 



LA FORMATON INTERNE ET EXTERNE DES BENEVOLES
 

 |LES FORMATIONS INTERNES SUIVIES DANS L’ANNEE | 
 LES FORMATIONS INITIALES OBLIGATOIRES


 

Destinées aux nouveaux bénévoles intégrant un centre et organisées initialement en deux jours elles sont depuis le 1er octobre 2014 proposée en trois modules, répartis sur 5 jours :
 
le module 1 « De quoi et de qui parle-t-on » -deux jours - ;







-  le module 2 « L’écoute et la prise en charge de la maltraitance dans un centre d’écoute » -deux jours-) ;
-  le module 3 consacré au logiciel 3977 -un jour- est facultatif mais chaque centre doit obligatoirement avoir au moins deux personnes opérationnelles sur le système d’information.
 
Le module 1 deux jours a été suivi par           0 Bénévole
Le module 2 deux jours a été suivi par           1 bénévole
  



 







LES FORMATIONS AU LOGICIEL 3977
La formation « Perfectionnement sur l’environnement informatique » a été demandé en 2017 pour les 6 référents, aucune date n’a été proposée en 2018.



 
LES FORMATIONS HANDICAP



Pas de formation handicap proposée par la fédération 39 77 contre la maltraitance en 2018
LES FORMATIONS EXTERNES SUIVIES PAR LE CENTRE
 
-Dans le cadre de la régionalisation, nous avons pu former 4 bénévoles autour du handicap psychique et des mesures de protection, et 5 autres ont participé à la 1ere journée AURALMA « Familles et Maltraitances » le 18 octobre 2018 à St Etienne.

-Journée régionale de gérontologie « sur les remèdes de grand-mères à l’épreuve des sciences » à Romans 1 bénévole y a participé.



LA COMMUNICATION





 
LES OUTILS DEVELOPPES
 Nous utilisons les flyers, le livret de fonctionnement d’ALMA Isère réactualisé et édité par nos soins.
Le blog d’ALMA Isère est régulièrement mis à jour (http://alma-isere.blogspot.fr/)
 

LES ACTIONS REALISEES

Un article apparait régulièrement dans le Dauphiné libéré pour un appel à candidature de bénévoles.
 
 
En association avec la mutualité Auvergne Rhône-Alpes et le service Autonomie Voironnais Chartreuse, ALMA Isère a tenu un stand au Forum sur la santé des aidants le 16 novembre 2018 à Voreppe, et a accueilli 50 visiteurs sur le stand.
 

LA PREVENTION AUPRES DES PROFESSIONNELS ET DU GRAND PUBLIC
 


 
Ressources internes : 6 bénévoles formés pour animer les actions de sensibilisation

 
SENSIBILISATIONS REALISEES :
 



Nous avons fait des séances de sensibilisations au nombre de 8, soit un public de 310 personnes (familles d’accueil,  étudiants aides-soignants, bénévoles, adhérents,…)

 



IFSI Croix rouge
IFAS Chu de Grenoble
ITEC Bois Fleuri
3 A (association tutélaire)
Familles d’accueil Association Ste Agnès
 Intervention Assemblée générale OR-GE-CO
Territoire Vercors (Elus et professionnels du territoire)
Territoire Matheysine (professionnels du CH la Mure)
 

 


RELATIONS AVEC LES ORGANISMES INSTITUTIONNELS

-           Communes
Certaines communes du département de l’Isère soutiennent l’action d’ALMA Isère dans sa lutte contre la maltraitance, par le biais de subventions ou d’adhésion à l’association.
 
 
-           Conseil Départemental de l’Isère

Dans le cadre du déménagement d’ALMA Isère nous avons rencontré à plusieurs reprises Mme Bonnefoy  (Vice-Présidente Conseil départementale) et Mme Lamotte (Directrice Autonomie), pour solliciter le financement du loyer du nouveau local.

 
Nous avons signé en avril 2018 l’avenant à la convention entre ALMA Isère et Conseil départemental.
 
Dans le cadre du CDCA, nous avons participé activement au groupe bientraitance en tant que co-rapporteur lors de la restitution du 6 novembre lors de la réunion plénière, et travaillons à l’élaboration de fiches actions en 2019.

 
Dans le cadre des territoires,
Deux bénévoles participent aux groupes de réflexions sur l’aide aux aidants dans le Sud Grésivaudan et dans le Voironnais-Chartreuse.

 De plus, des bénévoles participent activement aux Comités de personnes vulnérables de l’agglomération Grenobloise et y ont même présenté des situations.

 
En 2018, dans le cadre du financement par le conseil départemental d’un projet pour l’amélioration des signalements, nous avons rencontré les professionnels et les élus des territoires Matheysine/Trièves et Vercors. Ces rencontres vont débouchées des actions de sensibilisations auprès des professionnels et du grand public.
 
Concernant les situations en établissements, nous rencontrons annuellement le service des établissements et services pour personnes âgées du Conseil Départemental ainsi que les représentants de l’ARS DT 38. 

-           Direction Départementale de la Cohésion Sociale
Les représentants ont suivi régulièrement les instances d’ALMA Isère, et nous entretenons des contacts réguliers avec eux. Ils sont également un de nos financeurs principaux.
 
 
            Gendarmerie Nationale

Suite au départ de notre correspondant, nous avons rencontré un nouvel officier de gendarmerie, afin de préciser les relations entretenues entre ALMA Isère et la Gendarmerie Nationale.
 
 


RELATIONS AVEC D’AUTRES ASSOCIATIONS
 
 
Dans le cadre de la recherche de locaux, les 3 associations Alertes/ALMA et ODPHI ont mené des recherches communes afin de trouver un lieu rassemblant les trois associations. Le déménagement a eu lieu début août.
 
Association Alertes



Depuis 2018, Alertes est membre du Conseil d’Administration d’ALMA Isère
ALMA Isère est représenté au Conseil d’administration d’Alertes, et des membres d’ALMA Isère participent aux différentes commissions mises en place.
La commission établissement a été particulièrement présente au moment des mouvements sociaux concernant les EHPAD en janvier 2018, ALMA Isère a soutenu et participé aux manifestations.
 
Handi Réseaux 38 (ex-ODPHI)
Nous participons à l’assemblée générale constitutive de la nouvelle association en tant qu’adhérent.
Nous poursuivons notre collaboration .
 
Mutualité Française de l’Isère



Suite à des situations complexes dans les établissements de la MFI en lien avec des problématiques de communications avec les familles, un groupe de travail a été organisé avec l’association Alertes 38 et des représentants de la MFI.
 Les réunions ont permis d’évoquer les rôles et le fonctionnement du CVS et de travailler sur une Charte des bonnes pratiques dans les relations entre l’entourage des personnes accompagnées et les établissements ou services de la Mutualité Française Isère.

 
    OR-GE-CO

Dans le cadre du travail de recherche d’une étudiante en économique sociale et familiale, nous avons été amenés à rencontrer la présidente ainsi que l’étudiante  pour échanger autour de la maltraitance. Par la suite, nous avons été invité à la restitution de son travail sur « Retraite et dépendance : quels aides et quels hébergements ? » ainsi qu’à une présentation de l’association ALMA Isère aux adhérents de OR-GE-CO.



 
            ADPA


L’association ALMA Isère est adhérente et  membre du Conseil d’administration de l’ADPA.

 
L’association d’aides aux victimes (AIV), l’ADPA, Envol Isère Autisme, l’UNA Isère, l’AFIPH, la Fédération Générations mouvement font également partie du Conseil d’administration d’ALMA Isère.






 
PARTICIPATION AUX ACTIONS REGIONALES
 
ALMA Isère en tant qu’adhérents et membres de AURALMA a participé à l’ensemble des réunions et actions mises place :
- 4 réunions régionales
- une formation continue pour les bénévoles  qui a eu lieu le 6 mars 2018 sur le handicap psychique et les protections juridiques d’un point de vue médical
- à la première Journée d’Etude à St Etienne autour de « familles et Maltraitances »  le jeudi 18 octobre et  a réuni environ 80 personnes.
 
PARTICIPATION AUX EVENEMENTS FEDERAUX DU 3977
 
Le président d’ALMA Isère a participé au mois de septembre à la 2ème Journée des Présidents. Le même jour, s’est également tenu à l’assemblée générale de la Fédération, où Christine Mouton-Michal membres d’Alma Isère et présidente du Comité d’Ethique de la fédération a présenté les différents travaux du comité.
 

Tous deux ont participé au colloque de la fédération 39 77 en octobre en tant que spectateur et orateur autour les Adultes en situation de handicap : le signalement de maltraitances.

Le 29 Novembre, une Assemblée Générale  élective a eu lieu. Bernard Crozat, Président d’ALMA Isère, a été élu en tant  que membre du Conseil fédéral.






 L’ACTIVITE d’ALMA Isère dans le détail
 
Comme chaque année, nous rappelons que les statistiques d’ALMA Isère tentent de traduire le contenu des appels que nous recevons. Ces appels manifestent la souffrance ressentie par une personne âgée et /ou handicapée et/ou par leur entourage.
Nous ne recevons pas d’appel malveillant ou affabulateur mais certains appels relèvent parfois de troubles psychiques.
 
Typologie des d’appels :
 
La situation préoccupante. La majorité des appels relève de cas de maltraitance supposée et engendre la création de dossiers de Situation Préoccupante.
 
L’accompagnement de situation. Des situations qui ne relèvent pas du champ de la maltraitance, sont appelées Accompagnement de Situation. Elles concernent des demandes d’aide pour une personne en souffrance, démunie, et qui aurait besoin d’une prise en charge ou d’un soutien (Exemple : personne isolée vivant dans des conditions déplorables).
 
Témoignages. Situations préoccupantes mais dont les informations fournies ne nous permettent pas de faire un suivi. 
 
 
En 2018, 227 appels de maltraitances ont été reçus lors des permanences d’ALMA Isère:
 
-soit environ 58 heures d’écoutes, correspondant à l’ouverture de 105 dossiers (dont témoignages, situations préoccupantes, et accompagnements de situation)
- 76 dossiers concernent des personnes âgées,
                               - 29 dossiers des personnes en situation de handicap.
 
- 393 appels donnés par les bénévoles aux appelants, aux organismes et autres partenaires, soit 185 heures d’écoute et de suivi.
 
Comme chaque année, la quasi-totalité des appels concernait des situations de l’Isère, ou émanait de personnes vivant en Isère.
 
 
 
Les chiffres qui vont suivre correspondent à l’analyse des dossiers des situations préoccupantes, accompagnements de situation et témoignages.
 
 

 
Qui appelle ALMA Isère ?
 
Pour les dossiers personnes âgées et personnes handicapées, les appels reçus proviennent dans 39% des familles, 20% des professionnels et 22 % des personnes « victimes » elles-mêmes. L’entourage social (amis, voisins) représente 19% des appelants.
 


Nous constatons comme chaque année des différences dans l’origine des appels.


 
- Pour les personnes âgées, 47,9% des appels émanent de l’entourage familial, 21,9% des professionnels qui les accompagnent et 12 % des personnes âgées elles-mêmes.
- Pour les personnes en situation de handicap, soit 27 cas, 48% des appels émanent de la personne elle-même, 14,8% de son entourage familial et idem pour des professionnels qui les accompagnent.
 
Lieu où s’exercent les maltraitances :


 
Les maltraitances évoquées ont lieu le plus souvent au domicile des personnes quelques soient les années d’observation et la population observée, les chiffres décrivent les mêmes tendances.


Personnes âgées sur 72 dossiers (soit une représentativité de 96,5%), personnes handicapées sur 22 dossiers (soit 5 situations où le lieu n’a pu être déterminé faute d’information soit une représentativité de 81,5%)
 
Quel est le profil des « victimes » ?

Comme chaque année, les femmes sont plus souvent victimes de maltraitances.
 
 

Pour les personnes avant 65 ans, l’âge ne semble pas être un facteur de risque de maltraitance.

Quelles sont les différentes catégories de maltraitances ?
 
 - des maltraitances physiques : coups, abus sexuels, bousculades, contentions physiques abusives,…

- des maltraitances psychologiques : humiliations, infantilisation, injures, indifférences, …
- des maltraitances financières : extorsions de fonds, vols, économies abusives, …
- des maltraitances médicamenteuses : excès ou privations de médicaments, soins inadéquats,…
- des atteintes à la liberté : enfermements, interdictions de visite, placements sans consentement,…
 
- des négligences par manque des aides indispensables à la vie quotidienne (aide au repas, à la toilette et alimentation inappropriée) qui risquent d’aggraver la dépendance ou des négligences qui blessent la dignité de la personne âgée et/ou handicapées : linge perdu, protections urinaires imposées,...
La « victime » peut subir plusieurs types de maltraitances à la fois, on appelle maltraitance principale, celle pour laquelle l'appelant nous a contactée. Mais il peut coexister d'autres types de maltraitances qui viennent s'ajouter à la première, nous les désignons alors sous le terme de maltraitances associées.
En établissement pour les personnes âgées :
(Pour 18 situations accompagnements de situations et situations préoccupantes)
Les maltraitances principales sont :
-       Les négligences actives soit 26,30 % des situations
-       Les négligences passives et les maltraitances médicales représentent chacune 15,80 % des appels
-       Les maltraitances physiques 5,20% des situations
 
Les maltraitances non évaluées concernent des situations en cours d’évaluation, ou qui n’ont pu être évaluées du fait du manque d’information ou de l’absence de suite donnée par l’appelant.

 
Après analyses, 15,80% des situations sont évaluées sans maltraitance.


Les maltraitances associées sont peu représentatives, mais donne une image des situations subies :



Dans une grande part des situations soit 46,2% à la maltraitance principale s’associe une maltraitance psychologique.
30,8% des négligences passives, 15,4 % des maltraitances médicales, et 7,7% des maltraitances physiques.
 
Les facteurs de maltraitances sont dans 58 % des situations liées à un dysfonctionnement de l’établissement selon notre analyse, et pour 26% liée à un manque de formation.
 En établissements pour les personnes handicapées :
En 2018, 4 situations de maltraitances nous ont été rapportées, toutes pour des maltraitances avérées :
-1 situation de maltraitance psychologique
-2 situations de maltraitances physiques, liés à un dysfonctionnement institutionnel
-1 situation de maltraitance médicale
A domicile pour les personnes âgées :
 
Type de maltraitances principales évaluées à domicile pour les personnes âgées.
(Pour 54 situations accompagnements de situations et situations préoccupantes)
 
  Dans 21 % des situations entendues après évaluation, il ne s’agit pas d’une maltraitance, mais d’une souffrance souvent associé à un besoin d’écoute, des conflits familiaux, ou a un difficulté de la prise en charge. 
Les maltraitances principales :
-Les maltraitances psychologiques représentent 21% des situations
- les maltraitances financières pour 17,30%
-les maltraitances physiques 15,4%
--Les négligences dans 5,7% dont 3,8% sont des négligences actives
-Les maltraitances médicales représentent 3,8% des situations exposées.
15,4% des situations n’ont pu être évaluées faute de données, ou sont encore en cours d’évaluation.
Les maltraitances associées sont :
                -des maltraitances psychologiques dans 42,9% des situations évaluées

                -les négligences représentent 25 % soit 14;3% pour les négligences passives et 10.7% pour les négligences actives ;
On retrouve ici le même tableau que l’an dernier concernant les maltraitances associées à domicile, même si la représentativité n’est pas importante
                -les maltraitances financières 10,7%
                -Les privations de citoyenneté 7,1% ainsi que les maltraitances médicales

                -les maltraitances physiques et sexuelles représentent à elles deux 7,2%

 A domicile pour les personnes handicapées :



 Type de maltraitances principales évaluées en établissement pour personnes âgées.

(Pour 18 situations accompagnements de situations et situations préoccupantes)

 
  
Dans 42,3% des situations, il nous est impossible d’évaluer la situation  faute de renseignements.
 
Dans 26,90% des situations, il n’y a pas de maltraitance avérée, mais un besoin d’écoute, des difficultés dans l’accompagnement ou des difficultés à réaliser des démarches administratives.

Dans 70,5% des situations, les troubles de comportements de l’auteur présumés  sont évoquées.
Qui sont les auteurs de maltraitances ?
Pour l’ensemble des maltraitances entendues en 2018, l’entourage familial est présenté comme auteur dans 50 % des situations.
Les professionnels de l’accompagnement sont désignés dans 31,5% des situations et l’entourage social dans 18,5%.

Sur 105 situations (témoignages, accompagnements de situations et situations préoccupantes), avec une représentativité de supérieure à 95%

 
 En établissement pour personnes âgées : Le personnel soignant est désigné comme auteur présumé dans 45% des 18 situations, sont évoqués dans 25% des situations le personnel d’encadrement, ce qui correspond approximativement aux chiffres de 2017.


  En établissement pour personnes handicapées :


Dans deux situations, c’est le personnel de l’établissement qui est désigné comme maltraitant, pour l’une d’entre elles c’est un autre résident de l’établissement.
 
La quatrième situation concerne une personne extérieure sans lien défini avec la victime.




A domicile pour les personnes âgées :


Dans 76,30 % des situations préoccupantes, l’auteur présumé fait partie de l’entourage familial.



Représentativité de 96,7% pour 54 situations
 Parmi cet entourage familial, les fils sont mis en cause dans 44,50 % des situations, les conjoints/conjointes dans 26,70%, les filles dans 17,80%.
 

Les facteurs de risques à domicile :
 Les troubles de comportements pour 37% des situations dont 17,7% en lien avec de l’agressivité, les relations familiales difficiles pour 27,4% et l’intérêt financier(en lien avec des difficultés sociales) dans 25,8% des situations. L’épuisement de l’aidant n’est évoqué que dans 9,7% des situations.
 
 

Il est à noter que la représentativité n’est que de 72 %.



 
A domicile pour les personnes handicapées :
Sur ces 24 situations, dans 37 % des situations les accompagnants professionnels sont désignés comme auteur présumé, parmi ces professionnels 11,10 % sont des mandataires de justice, 11,10% appartiennent à des  services d’aides à domicile, et les 7,4% sont des professionnels du social.


Les facteurs de risques à domicile :

 
Dans 70 % des situations les troubles de comportements sont évoqués mais la représentativité est faible.

Conclusions et perspectives
 
L'année 2018 pour Alma Isère se sera traduite par une augmentation de dossiers ouverts 105 soit plus 15 par rapport à 2017. Cette augmentation va se poursuivre avec les actions de sensibilisation à mener dans le Vercors et en Matheysines Trieves en direction du grand public et des professionnels.

 
L'année 2019 marque l'anniversaire des 20 ans de création d'Alma Isère. Un projet de célébration est en cours de réflexion avec une séance de cinéma débat à programmer au mois d'octobre avec l'appui d'un groupe d'artistes appartenant à l'association « à bientôt j'espère ». Ils animent le Festival Au coin de la rue. Les premiers échanges avec les responsables de cette association sont très positifs.

En ce qui concerne le fonctionnement d'Alma Isère, nous souhaitons réactiver le Comité Technique Pilotage en actualisant sa composition. La relance de ce Comité pourrait s'inscrire dans une des recommandations de la note d'orientation de janvier 2019 de Denis Piveteau sur la lutte contre la maltraitance et la promotion de la bientraitance qui préconise la mise en place d'un réseau local entre les différents acteurs de l'écoute.


 

Recueil de paroles du 6ème Forum des personnes en situation de handicap

Le recueil de paroles du 6 ème Forum des personnes en situation de handicap,  qui s’est tenu le 27 novembre 2018 à Voreppe, est désorm...