Rapport d'activités 2015


Comme chaque année, nous rappelons que les statistiques d’ALMA Isère tentent de traduire le contenu des appels que nous recevons. Ces résultats sont en cohérence avec les résultats de l’ensemble des centres d’écoute. Dans tous les cas, ces appels manifestent la souffrance ressentie par une personne âgée et /ou handicapée et de leur entourage. Nous ne recevons pas d’appel malveillant ou affabulateur mais certains appels relèvent parfois de troubles psychiques.


En 2015, 161 appels de maltraitances ont été reçus lors des permanences d’ALMA Isère:

-soit environ 59 heures et 8 minutes d’écoute, correspondant à l’ouverture de 86 dossiers (67 dossiers personnes âgées, et 19 dossiers personnes handicapées)

-et 418 appels donnés par les référents aux appelants, aux organismes et autres partenaires, soit 147 heures et 8 minutes d’écoute et de suivi.

Comme chaque année, la quasi-totalité des appels concernait des situations de l’Isère, ou émanait de personnes vivant en Isère.

Pour 2015, les chiffres correspondent à l’analyse des dossiers et non à la première écoute.

Qui appelle ALMA Isère ?

Pour l'ensemble des dossiers personnes âgées et handicapées, les appels reçus proviennent dans 45,80% des familles dont 16,5% des filles des « victimes », 18,9 % de professionnels, 20 % des «victimes » elles-mêmes et 10,60% de l'environnement social (ami, voisin...).

(Pour 86 dossiers)
 

Nous constatons qu'il existe des différences significatives entre les situations impliquant des personnes handicapées et des personnes âgées quant à l'origine des appels. Dans les cas entendus pour les personnes en situation de handicap, ce sont les « victimes » elles-mêmes qui appellent (28,5%) contrairement aux « victimes » de plus de 60 ans (16,6%).

Lieu où s'exerce les maltraitances :

Les maltraitances évoquées ont lieu au domicile de la personne âgée pour 65% et en établissement pour 35%. La proportion d’appels concernant des établissements est relativement importante si l’on considère que 80% des personnes âgées de plus de 80 ans vivent à domicile.

Contrairement à l'année dernière, les situations dans le secteur du handicap se passent à 63% des cas en établissement.



Quel est le profil des « victimes » ?

Répartition par sexe des « victimes »
(pour 86 dossiers)

Les femmes sont plus souvent victimes de maltraitances.

Répartition par âge des « victimes » 
(pour 86 dossiers)


Jusqu'à 60 ans, il s'agit de personne en situation de handicap.

Pour les personnes âgées, nous constatons que les « victimes » se trouvent principalement dans la fourchette d'âge de 76 à 95 ans.

Quelles sont les catégories de maltraitances ?

    - des maltraitances physiques : coups, abus sexuels, bousculades, contentions physiques abusives,…
    - des maltraitances psychologiques : humiliations, infantilisation, injures, indifférences,…
    - des maltraitances financières : extorsions de fonds, vols, économies abusives, …
    - des maltraitances médicamenteuses : excès ou privations de médicaments, soins inadéquats,…
    des atteintes à la liberté : enfermements, interdictions de visite, placements sans consentement,…des négligences par manque des aides indispensables à la vie quotidienne (aide au repas, à la toilette et alimentation inappropriée) qui risquent d’aggraver la dépendance.
      Des négligences qui blessent la dignité de la personne âgée et/ou handicapées : linge perdu, protections urinaires imposées,...

La « victime » peut subir plusieurs types de maltraitances à la fois, on appelle maltraitance principale, celle pour laquelle l'appelant nous a contactés. Mais il peut coexister d'autres maltraitances qui viennent s'associer à la première.

En établissement pour personnes âgées :


Type de Maltraitances principales évaluées en établissement pour personnes âgées

(pour 18 dossiers)

Les maltraitances « principales » :

- les négligences passives ou actives représentent 17,6 % des situations, de même pour les maltraitances physiques,

- les maltraitances médicamenteuses sont évaluées à 11,8%

- 17,6% des situations n'ont pu être évaluée du fait de manque d'information, ou suites données par l'appelant.

- dans 35,3 % des situations rapportées, il n'y avait pas de maltraitance mais une souffrance de l'appelant souvent liée à un manque de communication.


Les maltraitances « associées » :

    • sont des maltraitances psychologiques et les négligences passives pour 28,6% chacune,
    • et pour 14,3% des cas des négligences actives,
    • 14,3% également pour les maltraitances financières et médicamenteuses.

En établissement pour personnes handicapées :


Type de Maltraitances principales évaluées en établissement pour personnes handicapées

(pour 12 dossiers)


 

Les maltraitances « principales » :
    • elles sont pour 27,3 % des situations des maltraitances physiques,
    • 18,20% des négligences tant actives que passives
    • et pour 9,10 % des maltraitances dites médicales
  Dans 45,5% des situations relèvent de souffrance de l'appelant, et d'un manque de compréhension de l'accompagnement.

Les maltraitances « associées » :

    • elles sont dans 60% des cas des maltraitances de type psychologiques,
    • les 40 % restant correspondant à des négligences tant actives que passives.

A domicile pour les personnes âgées :

Type de Maltraitances principales évaluées à domicile pour les personnes âgées

(pour 49 dossiers)


Les maltraitances « principales » :

-les maltraitances financières sont présentes pour 17,40% des situations écoutées,

- les maltraitances psychologiques pour 13% des cas,

    • les privations de citoyenneté représentent 10,90% ;
    • les négligences et les maltraitances physiques pour 6,5 % des situations
    • les maltraitances médicales pour 2,20%

Nous avons 4 situations de 2015 (soit 8,7%) en cours dont l'évaluation n'a pu être encore réalisée.

Dans 21,8% des situations, il n'y a pas de maltraitance, mais des conflits familiaux, ou des problèmes de communication.

Les situations non évaluables représentent 13% des cas, dans la majorité, c'est l’impossibilité de prendre contact avec l'appelant qui bloque la situation.

Les maltraitances « associées » :

    • les maltraitances psychologiques soit 33,3%
    • les maltraitances financières représentant 23,3%
    • les privations de citoyenneté dans 16,7% des situations entendues
    • les négligences représentent 10 % et les maltraitances dites médicales 3,3%.

A Domicile pour les personnes handicapées :

Les bénévoles écoutants et référents ont suivis 7 dossiers soit 2 situations concernant des maltraitances physiques et 2 autres des maltraitances psychologiques.

Les 2 autres situations étant des situations sans maltraitance, mais avec une réelle souffrance de l'appelant, et 1 situation sans suite de l'appelant.

Qui sont les « auteurs présumés» ?

De manière générale, les maltraitances ont le plus souvent lieu au sein de l'entourage familial soit à 50 % des cas, puis viennent les professionnels qui les accompagnent dans 30,20% des situations.

Mis en cause présumé des maltraitances

(pour 86 dossiers)
 

En établissement pour les personnes âgées :

Mis en cause présumé des maltraitances en établissement pour les personnes âgées

(pour 18 dossiers)


Les personnels soignants représentent 33,30% des auteurs présumés en établissements, et le personnel d'encadrement 38,90 %.

L'entourage familial est dans 5,50% des situations, désignés comme auteurs présumés en établissement.

En établissement pour les personnes handicapées :

Mis en cause présumé des maltraitances en établissement pour les personnes handicapées

(pour 12 dossiers)
 

Le personnel soignant est mis en cause dans 33,3% des situations, le médecin dans 25%.

L'entourage familial et le personnel d'encadrement dans 16,7% des situations.

La catégorie « Autres » désigne l'entourage social pour 8,3 %.

A domicile pour les personnes âgées :

L'entourage familial représente 73,5% des auteurs de maltraitance à domicile.

Mis en cause pour les personnes âgées à domicile

(pour 49 dossiers)

Mis en cause au sein de la famille pour les personnes âgées à domicile

(pour 36 dossiers)
 
Parmi les membres de la famille, les conjoints (es) sont nommés dans 39,4%, les fils sont désignés comme auteurs dans 31,5% des situations et les filles pour 21%.

A domicile pour les personnes handicapées :

Dans 57% des situations où la victime est une personne handicapée, la famille est auteur présumé des maltraitances (pour 7 dossiers).

Répartition Géographique des maltraitances dans le département de l'Isère

carte modifiée suite Assemblée Générale du 29 mars 2016 pour faire apparaître les personnes âgées (PA) et les personnes handicapées (PH).
 

 
 
Dossier territoire isère mais non précisé=9 (PA 5, PH 4)

Dossier autre département = 1 PA


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Statistiques 2011

Journée mondiale de lutte contre les maltraitances des personnes âgées