Statistiques 2011

Quelques chiffres en 2011 :

Comme chaque année, nous rappelons que les statistiques d’ALMA-Isère tentent de traduire le contenu des appels que nous recevons. Ces résultats sont en cohérence avec les résultats de l’ensemble des centres d’écoute. Dans tous les cas, ces appels manifestent la souffrance ressentie par une personne âgée ou son entourage. Nous ne recevons pas d’appel malveillant ou affabulateur mais certains appels relèvent parfois de troubles psychiques.

En 2011, 123 appels maltraitance ont été reçus lors des permanences d’ALMA Isère:
-soit 62h d’écoute,correspondant à l’ouverture de 67 dossiers
-et 252 appels donnés par les référents aux appelants, aux organismes et autres partenaires, soit 126h d’écoute et de suivi.

Comme chaque année, la quasi totalité des appels concernés des situations de l’Isère, ou émanaient de personnes vivant en Isère.

Qui nous appelle?
Les appels reçus proviennent pour 43% des familles, 28% de professionnels, 17% de victime elle-même et 12% d’autres personnes.

Les maltraitances ont lieu au domicile de la personne âgée pour 75% et en établissement pour 25%. La proportion d’appels concernant des établissements est relativement importante si l’on considère que 80% des personnes âgées de plus de 80 ans vivent à domicile.
Nous adoptons cette distinction pour analyser les caractéristiques des maltraitances signalées. Pour 2011, Les chiffres correspondent à l’analyse des dossiers et non à la première écoute.

Quelles est le profil des « victimes » ?
Le profil des « victimes » sont des femmes (64 %), ayant entre 76 et 90 ans (58 %) dans les situations écoutées par ALMA Isère.
Cliquer sur le graphique pour l'agrandir
Quelles sont les catégories de maltraitance observées?
En établissement : Les maltraitances « principales » sont :
Les maltraitances dites médicales représentent 24% des situations évoquées, les maltraitances physiques 17%, les maltraitances psychologiques et les négligences sont toutes deux de 12%, et 6% de maltraitances dites civiques.
Dans 12% des cas, la situation rapportée n’était pas liée à une maltraitance, mais à une souffrance de l’appelant, dans 17% des cas, soit 3 dossiers, la situation maltraitance a été très difficile a évaluée comme réelle.


Cliquer sur le graphique pour l'agrandir
Les maltraitances « associées » sont :
Des maltraitances psychologiques sont associées à la maltraitance principale dans 46 % des cas écoutés, les négligences 24%, les maltraitances médicales 20%. Dans 7% des cas il y a des maltraitances civiques.

A domicile : Les maltraitances « principales » sont :
-Les maltraitances psychologiques représentent 30 % des situations, 26% révèlent des maltraitances financières. Il y a 10% de maltraitances physiques, les maltraitances civiques, médicales et les négligences sont de 2% chacune.
Dans 16% des cas, les situations exposées, ne révèlent pas de maltraitance à la suite du suivi, mais bien d’une souffrance de l’appelant, 10% des situations sont non évaluables. Une situation a été transmise à un autre centre.

Cliquer sur le graphique pour l'agrandir
Les maltraitances « associées » sont :
Les maltraitances psychologiques 43%, les maltraitances financières et les négligences apparaissent dans 18% des situations entendues, les maltraitances physiques 12%, les privations de citoyenneté représentent quant à elles 6% des situations. 3% concernent des situations en lien avec des troubles du voisinage.

Qui sont les « auteurs » ?
En établissement : le personnel d’encadrement (médecin, cadre de santé, direction) est cité dans 36 % des situations, le personnel soignant est désigné dans 52%, les familles représentent 4% des « auteurs » de maltraitance en établissement.

« Auteurs » des maltraitances en Etablissement
En établissement, les causes de maltraitances sont dans 29 % des cas des problèmes de communication, le restant étant une difficulté à évaluer la ou les causes des maltraitances.


Cliquer sur le graphique pour l'agrandir
A domicile: 67% des auteurs sont des membres de la famille, 14% appartiennent à l’entourage non familial, et 17% aux professionnels soignants et non soignants, 2% au curateur/tuteur.

Cliquer sur le graphique pour l'agrandir
Parmi les membres de la famille, les enfants sont désignés dans 64% des situations (46% les fils, 18% les filles), puis les petits-enfants 11% , les conjoints (es) et frères/sœurs 8%.
Cliquer sur le graphique pour l'agrandir
Les causes de maltraitance à domicile sont liées à des relations familiales difficiles 60%, à des troubles psychiques pour 10%.


La carte ci-dessous montre la répartition territoriale des situations écoutées par ALMA Isère.
Cliquer sur la carte pour l'agrandir
Cette répartition des situations semble cohérente avec la démographie du département.

Pour conclure sur les chiffres, nous constatons que la maltraitance des personnes âgées reste souvent cachée, méconnue, négligée mais qu’elle est bien réelle.
Sa prise en compte et son traitement ne sont pas toujours effectifs et se heurtent à bien des obstacles. Les situations exposées sont souvent très délicates et complexes. De plus les témoins et les personnes âgées elles-mêmes craignent souvent les réactions de l’entourage voire des représailles en cas de révélation et ne souhaitent pas que des signalements soient effectués.
Nous constatons que particulièrement dans les établissements elles n’osent pas agir et nous demandent souvent de ne pas intervenir tout en soulignant qu’elles apprécient avoir pu en parler aux écoutants et aux référents. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog