Lettre du mois novembre 2020 Unafam


 


A l’occasion de la journée nationale des aidants, le 6 octobre 2020, l’Unafam a rendu public le premier baromètre qui montre la réalité du quotidien des proches de personnes souffrant de troubles psychiques. C’est le résultat d’une enquête effectuée auprès des adhérents en mai et juin 2020, 5062 réponses ont été recueillies.

 

1 - Évaluer la stigmatisation et la mécompréhension des maladies :

L’acceptation du handicap psychique par l’entourage, et par la société, est loin d’être une réalité. 58% des familles avouent taire complètement la maladie de leur proche ou l’évoquer avec difficultés.

La stigmatisation isole le malade et son entourage, allonge les délais de diagnostic et retarde par conséquent la prise en charge médicale, mais aussi sociale. 63,2% des familles témoignent de l’incompréhension et de la peur de leur propre entourage face aux maladies.

 

2 - Mesurer les conséquences concrètes pour l’entourage :

84,1% des aidants disent que l’absence de dispositifs d’aide pour leur proche, en matière de parcours de vie, ou encore de compensation du handicap a aussi de lourdes répercussions sociales et économiques sur les proches aidants.

82,6% des répondants déclarent un impact négatif sur leurs propres relations sociales ou sentimentales.

42,9% estiment qu’ils ont été fragilisés économiquement. Ils sont également 65,1% à affirmer que la maladie de leur proche a eu un impact sur leur propre santé

 

3 - Un focus « Covid-19 » pour évaluer l’impact de la crise sur une situation déjà en tension

C’est le sentiment de solitude qui a dominé pour les proches aidants pendant cette période. Pour près de 40 % des personnes, cette crise a été synonyme de manque d’accompagnement de la personne malade. Près de 30 % des personnes mettent en avant le manque de communication du secteur médical et la difficulté à trouver des informations claires. Une personne sur deux avoue avoir beaucoup appréhendé le retour du malade durant la crise lorsque celui-ci est revenu au domicile du proche aidant. Enfin, une personne sur deux juge ne pas avoir trouvé de soutien et 43 % pensent qu’il en a été de même pour le proche ?

 

Après l'instauration du nouveau confinement, notre association réorganise ses activités. L'Unafam soutient les nouvelles mesures nécessaires en cette période de crise sanitaire. Comme pendant le premier confinement, nous serons à côtés de nos adhérents et sympathisants pour les aider à surmonter cette épreuve et pour les informer.

 

Restons en lien !

 Cliquez sur le lien ci-dessous pour plus d'informations

 lettre du mois de novembre 2020 UNAFAM

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Statistiques 2011

Journée mondiale de lutte contre les maltraitances des personnes âgées